Nicolas, Yves et Laetitia commencent à tailler les vignes

Publié le 26 jan 2012 dans La vigne | 1 commentaire

Nicolas, Yves et Laetitia commencent à tailler les vignes

Point culminant dans la chaîne de « création » d’un champagne, la taille de la vigne conditionne directement la qualité du raisin, et ainsi, celle du Champagne. C’est un travail manuel long et difficile pour le vigneron, exposé aux intempéries pendant les rudes mois d’hivers champenois. Mais il fait partie des travaux de la vigne les plus intéressants ! En effet, l’action du vigneron sur le végétal est  primordiale pour la conduite et le devenir des plants de vigne, ainsi que pour la récolte à venir.

La taille a pour objectif de réguler la production de raisin afin d’en optimiser la qualité. Nicolas attache énormément d’importance à cette opération stratégique pour son vignoble.

Image de prévisualisation YouTube

Acte fondateur des travaux de la vigne, la taille permet de maîtriser l’évolution de la vigne. Elle prolonge sa durée de vie en rajeunissant régulièrement les charpentes (vieux bois) et lutte contre les maladies. Elle commence dès la chute des feuilles avec différentes étapes : la pré-taille qui consiste à raccourcir les bois qui dépassent des fils avec le tracteur, « l’écourçonnage » pour pré-sélectionner les bois de charpente (cep), l’émondage pour pré-sélectionner les sarments à conserver; elle peut se poursuivre jusqu’en mars. La taille assure la meilleure circulation possible de la sève vers les bourgeons fructifères pour équilibrer vigueur et fertilité. Elle donne sa forme à la vigne afin d’éviter l’entassement du feuillage, de favoriser la photosynthèse et l’aération des grappes.

En Champagne, elle est précisément réglementée depuis 1938, avec 4 types de tailles autorisés : Chablis (comme le prestigieux vin du même nom), Cordon de Royat, Guyot et Vallée de la Marne. Nicolas pratique 2 sortes de taille, Chablis et  Cordon.

 

En pratique…

Vigne avant la taille

Nicolas taille la vigne

Après la taille

 

La taille de la vigne consiste, par définition, à ne laisser sur le cep de vigne qu’un nombre limité de bourgeons fructifères. Le vigneron sélectionne les sarments qui serviront de charpente pour produire les meilleurs raisins lors de la prochaine récolte. Il supprime aussi tous les éléments perturbateurs  (rameaux, sarments secondaires, bourgeons, feuilles, entre-cœurs, grappes séchées) à l’aide d’un sécateur manuel ou électrique. Les vieux bois coupés (ceps) et les pieds morts sont ensuite recyclés pour produire des granules de bois qui alimentent les poêles à bois, tandis que les sarments sont broyés directement dans la vigne pour servir de matière organique. Nicolas conserve toujours de vieux ceps pour les brûler dans sa cheminée ou son barbecue; ce qui parfume délicatement la côte de boeuf ou les gaufres cuites au feu de bois, délices de vigneron

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Sarments coupés puis broyés dans la vigne à l'aide du tracteur

Ceps de vigne (vieux bois) coupés puis recyclés

Nicolas choisit toujours de tailler définitivement le plus tard possible, si possible après les fortes gelées d’hiver et avant le débourrement (vers le début du mois d’avril, les écailles protectrices qui recouvrent le bourgeon s’écartent, laissant apparaître la bourre, terme désignant le duvet et les jeunes feuilles enfouies dans les bourgeons : c’est le débourrement). Le débourrement est une étape sensible. A l’abri dans sa bourre, le bourgeon peut résister à des températures négatives de 15 à 20 °C. Une fois cette phase amorcée, sa tolérance aux basses températures n’excède plus -2,5°C. C’est la raison des dégâts causés par les gelées printanières tardives.

En ce début d’année 2012, Nicolas est un peu inquiet, comme la plupart des vignerons champenois. L’hiver 2011-2012 ressemble plutôt à l’automne, avec des températures très au-dessus des normales saisonnières. Il n’y a pas eu de véritables gelées d’hiver et la vigne n’a pas connu le repos hivernal qui précède normalement la taille. Nicolas a constaté des montées de sèves précoces et redoute les gelées printanières qui pourraient endommager la vigne.

 

Vigne taillée

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire

  1. bonjour je suis etudiant en BTS viticulture oenologie a rodilhan pres de nimes, j’aimerai avoir plus de rensseignement concernant la taille de la vigne en chablis. les temps de taille par exemple, le coût, la methode plus detailler…..
    merci d’avoir pris le temps de lire mon message. vous remerci d’avance de votre reponse

Laisser un commentaire