Champagne

L’élaboration des champagnes Marc Chauvet.

10 magnums de Champagne élaborés par Marc Chauvet en 1983 : 10 joyaux de 30 ans d’âge…

Publié par blogchauvet le 2 déc 2013 dans Le champagne | 2 commentaires

10 magnums de Champagne élaborés par Marc Chauvet en 1983 : 10 joyaux de 30 ans d’âge…
Puissance, fraîcheur et arômes inimitables.

 

L’histoire du Champagne Marc Chauvet est inscrite dans la craie de nos caves de Champagne à rilly la Montagne.

Dans nos précieuses caves souterraines, mystérieuses, odorantes, sombres et paisibles, chaque cuvée est un projet artistique, chaque magnum est une promesse, chaque verre est une sensation inédite… Ces caves  abritent et protègent nos trésors de famille…

 

En cette fin d’année, Clotilde et Nicolas Chauvet vous dévoilent une nouvelle page de l’histoire familiale du Champagne Marc Chauvet.

Pour la seconde fois, ils vous font découvrir quelques uns de leurs plus précieux trésors : 10 magnums de Champagne élaborés par leur père Marc Chauvet en 1983.

Chaque magnum est unique, numéroté, paré de ses plus beaux atours, il raconte une histoire, celle d’un Créateur de Champagne.

 

magnum-champagne-marc-chauvet-1983Pour vous mettre l’eau à la bouche, Marc, Clotilde et Nicolas ont dégusté ce précieux breuvage…

Plaisir des yeux : couleur très intense, jaune bouton d’or, collerette et mousse parfaites.

Plaisir olfactif : notes très grillées, arômes d’agrumes, d’écorces, et d’abricot sec au premier nez, suivis d’effluves de bois et de miel.

Plaisir gustatif :  équilibre alcool/acidité parfait malgré son grand âge, étonnant de fraîcheur et de finesse malgré sa puissance aromatique.

 

 

 

Le mot de Marc Chauvet : « 1983 fut une année comparable à 2013 avec un printemps tardif mais un très bel été. Nous avions obtenu des moûts très riche en sucre avec beaucoup d’acidité… »

 

 

 

 

L’avis de l’œnologue Clotilde : « Je n’ai rien à ajouter, ce Champagne est parfait pour un vin de 30 ans et je félicite sincèrement notre père pour cette belle réussite ! »

 

Vous pouvez découvrir la dégustation du Magnum 1983 sur You Tube

Image de prévisualisation YouTube

Vous pouvez aussi découvrir le dégorgement du Magnum 1983

Image de prévisualisation YouTube

 

colerette-magnum-1983-champagne-mc

 

Habillage réalisé par Tania Reby, créatrice en Art Textile.

 

Tarif : nous consulter

 

 

 

 

 

Dégustation de notre magnum de Champagne millésime 1982 en Italie

Publié par blogchauvet le 22 mai 2013 dans Le champagne | 0 commentaire

Dégustation de notre magnum de Champagne millésime 1982 en Italie

« Fantastique, personne ne s’attendait à la jeunesse et la fraîcheur de l’acidité. Nettement supérieure à la grande dame 1998 Cliquot »

Quel compliment et quelle fierté pour notre petite maison de Champagne!

C’est ainsi que s’est exprimé Giuseppe Di Marcantonio, le patron du restaurant Hostaria Le Repubbliche Marinare, à Pise, après avoir dégusté l’un de nos trésors de famille vieux de 30 ans, le Magnum de Champagne Marc Chauvet Brut 1982.

Pour l’occasion, Giuseppe avait organisé un repas de prestige pour quelques clients triés sur le volet et grands amateurs de Champagne.

Le menu de gourmet était décliné sur le thème “Lo Champagne incontra il Mare” come in un film…

En présence de Teresa Rinaldi, Simo Santi, Guido Ferrini et Daniela Corsi.

VENERDI 17 MAGGIO
La degustazione più mitica di sempre all’Hostaria le Repubbliche Marinare,
a numero chiuso (16 posti disponibili) per grandi appassionati delle bollicine.
Siamo riusciti ad accaparrarci una delle 10 uniche magnum millesimate del 1982 e degorgiate a dicembre 2012 dopo 30 anni di riposo sui lieviti di champagne “Marc Chauvet”, vigneron independant di Rilly la Montagne, zona Grand Cru per la produzione delle famose bollicine.
Abbiamo deciso di costruirle intorno un evento speciale con altre grandi bottiglie abbinate a tutto quello che di meglio il mare può offrire, concludendo con una magnum di bollicine italiane a metodo classico dolce “Villa Rinaldi 2003”.
Data l’eccezionalità dell’evento il numero chiuso è d’obbligo vista la disponibilità di un’unica Magnum protagonista della serata. L’evento verrà posticipato nel caso di non raggiungimento del numero di ospiti.

Avec un tout petit peu de patience et d’imagination, on peut deviner ce que les invités de haut vol ont eu la chance de déguster avec le Champagne Marc Chauvet…

Lo Champagne incontra il Mare

 

 

L’assemblage ou le talent de l’oenologue…

Publié par blogchauvet le 5 fév 2013 dans Le champagne | 0 commentaire

L’assemblage ou le talent de l’oenologue…

Cette semaine Clotilde ne quitte guère de sa cuverie. Ses 5 sens sont en éveil. Elle respire, pense et rêve d’assemblage. Clotilde finalise tout le travail fourni par l’équipe Marc Chauvet pour obtenir la quintessence de la vendange 2012. Elle réalise ses assemblages, pour composer les différentes cuvées de Champagne Marc Chauvet à partir des vins de base issus de la récolte 2012!!

 

Clotilde
« L’année 2012 nous aura vraiment donné du fil à retordre, aussi bien dans les vignes, qu’en cuverie!! Nicolas et moi avons eu quelques sueurs froides et nos nuits n’ont pas toujours été bien paisibles… Mais quel beau challenge pour nous deux, vigneron et oenologue! Nous avons puisé dans nos ressources : savoir-faire,  expérience et intuition… »

 

Une météo défavorable pour le vignoble.

On peut dire que Nicolas a passé une année difficile dans les vignes, à surveiller la météo au jour le jour et à enfourcher son tracteur entre 2 averses! Le temps pluvieux et capricieux, au printemps, pendant la fleur, et l’été, a singulièrement menacé la récolte 2012. Au final le résultat était plutôt intéressant d’un point de vue qualitatif, même si la quantité a fait défaut. On peut vraiment qualifier cette récolte de « parcellaire », avec de grosses disparités d’une parcelle à l’autre.

 

Une fermentation complexe.

Clotilde
« L’année 2012 aura été compliquée à tous points de vue. La fermentation alcoolique en cuve m’a demandé beaucoup de travail et de vigilance. Elle s’est déroulée de façon atypique et déroutante. J’ai du surveiller constamment l’évolution de mes vins, totalement différente d’une parcelle à l’autre et d’un cépage à l’autre.
Mais je suis extrêmement satisfaite du résultat! J’ai obtenu des vins puissants et gras, avec un bon équilibre entre sucre et acidité. Ce qui augure d’un bon potentiel de garde…  Je pense cependant qu’ils arriveront à maturité plus rapidement que les vins de 2011. »

 

Un Millésime 2012 prometteur.

Une année difficile comme 2012 mobilise tous les talents du vigneron Nicolas et de l’oenologue Clotilde…

Clotilde
« Je me suis longtemps demandé si nous allions réussir à faire un champagne millésimé 2012. La réponse est OUI!!
Malgré mes inquiétudes, je suis pleinement satisfaite de mes vins. J’ai fait le choix d’élaborer une cuvée  Brut Millésimé 2012 et un champagne Spécial Club 2012. Par contre, étant donné la faible récolte, je n’ai pas produit de Brut Sélection. »

 


 

Les champagnes Marc Chauvet Brut Millésimé et Spécial Club 2012 seront bien différents car issus d’assemblages différents : 70% de Chardonnay et 30% de Pinot noir pour le Spécial Club (idem 2004) , 50% de Pinot noir, 45% de Chardonnay et 5% de Pinot  meunier pour le Brut Millésimé. Clotilde réserve en principe le Pinot meunier pour la cuvée Brut Tradition. Mais, étant donnée la qualité exceptionnelle du Pinot meunier cette année, elle a choisi d’en associer l’excellence aux 2 autres cépages dans la composition du Brut Millésimé 2012.

 

Beaucoup de travail en cuverie.

Après avoir défini ses assemblages théoriques en éprouvette, en accord avec Nicolas et 2 autres oenologues conseils, Clotilde passe maintenant à la pratique, les assemblages en cuve. Cette 2ème étape est effectuée dans d’énormes cuves équipés de mélangeurs qui assurent l’homogénéité irréprochable souhaitée. Ainsi assemblés, les vins sont ensuite passés au froid, filtrés et prêts pour le tirage (mise en bouteille) qui aura lieu en avril prochain.

 

A livre ouvert : un Champagne de 30 ans

Publié par blogchauvet le 30 nov 2012 dans Le champagne | 1 commentaire

A livre ouvert : un Champagne de 30 ans

L’histoire du Champagne Marc Chauvet est inscrite dans la craie de nos caves de Champagne. Ces caves mystérieuses, odorantes, sombres et paisibles abritent et protègent nos trésors de famille…

Descendre dans les caves Marc Chauvet, c’est comme entrer dans une librairie ancienne emplie de livres précieux, d’ouvrages uniques couverts de poussière, sur lesquels le temps a laissé son empreinte, doucement et sûrement… Chaque livre, chaque bouteille, chaque magnum raconte une histoire…  Pour le lecteur, les mots se déclinent en couleurs, parfums et saveurs qui s’envolent dans une explosion de bulles, les bulles du Champagne Marc Chauvet.

 

Pour la 1ère fois, Clotilde et Nicolas ont décidé d’entrouvrir le grand livre de l’histoire familiale pour leurs fidèles clients.

Ils ont sorti du caveau leur plus beaux joyaux : 10 tomes, pas un de plus, écrits par le père fondateur Marc Chauvet et son épouse Claudette !
10 magnums de champagne élaborés en 1982,
récemment dégorgés, pièces uniques, numérotées, spécialement parées pour l’occasion par Tania Reby, créatrice en Art Textile.

1982 : Marc Chauvet s’en souvient encore ! « Une année de référence en quantité et en qualité de raisin. Après 2 années de mauvaises récoltes, nous avons enfin  reconstitué nos stocks en 1982…
J’ai tout de suite su que ce millésime avait un potentiel de garde extraordinaire. »

 

Clotilde et Nicolas Chauvet ont dégusté ce grand Champagne pour vous…

Plaisir des yeux : couleur soutenue, jaune brillant, éclats dorés. Collerette et bulles demeurent longtemps.

Plaisir olfactif : effluves de beurre, de noix fraîche, de noisettes et de grillé, au premier nez, puis arômes de tilleul et de fleurs séchées au bout de quelques minutes.

Plaisir gustatif :  festival de bulles malgré son grand âge. Goût légèrement boisé,  bien que le vin n’ait pas connu le fût. Saveurs de noix et noisettes.

« Ce champagne est étonnamment frais pour une cuvée de 30 ans, avec encore une pointe d’acidité et un bel équilibre entre puissance et élégance. »

 

10 Magnums de Champagne de collection, numérotés, à déguster religieusement…

NB : en vente à partir du 1er décembre 2012.

Habillage réalisé par Tania Reby, créatrice en Art Textile.

 

3 jours à Londres avec le Champagne Marc Chauvet

Publié par blogchauvet le 23 nov 2012 dans L'entreprise, Le champagne | 0 commentaire

3 jours à Londres avec le Champagne Marc Chauvet

Le week-end dernier, nous étions invités à Londres par Marc Hughes, PDG de l’entreprise The Real Wine Company qui commercialise des vins sur internet. Il souhaitait présenter nos différentes cuvées de Champagne à ses clients.

Week-end agréable, riche de rencontres et d’échanges!

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Marc avait organisé 2 dégustations, le samedi et le dimanche. Lui-même présentait ses vins blancs et rouges, soigneusement sélectionnés pour leur bon rapport qualité/prix. Clotilde était l’invitée vedette. Nos amis anglais étaient ravis de faire sa connaissance et de lui poser des questions en direct sur la production du Champagne Marc Chauvet.

 

Lundi, Marc avait également organisé une rencontre avec Jamie Goode, un journaliste anglais réputé dans le monde du vin. Jamie Goode a dégusté 4 de nos cuvées, le Brut Tradition, le Brut Sélection, le Brut Millésimé 2004 et le Rosé. Il a aussitôt écrit un article sur son blog, plutôt flatteur…

Lire l’article : cliquez sur Jamie Goode

 

Première fermentation alcoolique en cuve inox

Publié par blogchauvet le 19 oct 2012 dans Le champagne | 0 commentaire

Première fermentation alcoolique en cuve inox

Depuis la fin des vendanges Clotilde travaille sur la vinification.

Après le pressurage, le jus de raisin est clarifié puis  stocké en cuve. Clotilde y ajoute des levures naturelles pour accélérer le démarrage de la 1ère fermentation alcoolique. Dans les cuves, le jus de raisin se transforme actuellement en vin sous l’action des levures qui, en consommant le sucre, le métamorphosent en alcool, et dégagent du gaz carbonique. Ce dernier est évacué par le haut des cuves.

 

Tableau de contrôle des températures

Au cours de la fermentation, les levures produisent un grand nombre de molécules (alcools supérieurs, esters) qui vont façonner les arômes et la saveur du vin. Cette transformation chimique génère naturellement une forte élévation de la température dans les cuves, qui peut s’avérer nuisible pour la qualité du vin. Afin de limiter les pertes d’arômes et les risques d’arrêt de fermentation, Clotilde a équipé sa cuverie d’un système de refroidissement, qui lui permet de réguler la température des cuves autour de 18-20°C pendant toute la durée de la fermentation.

Dans quelques jours, à l’issue de la fermentation, l’oenologue de la maison aura produit des vins blancs dits « tranquilles » (sans bulle), qui serviront de base pour l’assemblage au printemps prochain. Ces vins blancs titreront environ 10,5° d’alcool.

 

La cuverie de Clotilde

 

En Champagne, on élabore aussi du vin rouge

Publié par blogchauvet le 20 sept 2012 dans Le champagne, Les vendanges | 0 commentaire

En Champagne, on élabore aussi du vin rouge

La région de Champagne est réputée pour son vin blanc effervescent, le roi des vins, le champagne!

Mais en Champagne, on ne produit pas que du champagne. On élabore aussi du vin rouge qui sert à produire le champagne rosé. Notre cuvée Rubis, Champagne Marc Chauvet Rosé est réalisée par assemblage, avec 80% de Champagne Brut Tradition et 20% de Vin Rouge des Coteaux de Rilly la Montagne.

Hier soir, nous avons commencé à vinifier le vin rouge.

Le vin rouge champenois est obtenu à partir du cépage Pinot Noir, raisin à peau noire et jus blanc. Il fait l’objet d’une vinification à part. Il est vinifié en cuve selon la méthode bourguignonne. Les grappes sont passées dans un érafloir, machine qui permet de retirer les rafles (tiges de la grappe de raisin) tout en éclatant la peau des grains pour libérer le jus qu’ils contiennent. Hier, nous avons eraflé 2500 kg de pinot noir. Ce qui permettra de produire environ 1600 litres de vin rouge.

Chargement de l’érafloir

Le raisin passe dans l’érafloir, le jus et les baies sont envoyés dans la cuve à l’aide du tuyau
Le raisin est éraflé à l’aide d’une vis géante

Les rafles après le passage dans l’érafloir

Les rafles sont éjectées de la machine

Image de prévisualisation YouTube

 

Fermentation alcoolique

Le raisin passe dans l’érafloir. Il est transformé en moût (baies+ jus de raisin) qui est stocké en cuve inox. Le moût va macérer dans la cuve pendant 10 à 15 jours, tout en déclenchant sa fermentation alcoolique (transformation du sucre en alcool). Dans le même temps les tanins et les molécules aromatiques du raisin diffusent de la peau des grains vers le jus, et contribuent ainsi à colorer le jus blanc en rouge.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Lorsque la fermentation alcoolique est terminée, la partie liquide est extraite des cuves : on l’appelle vin de goutte. Les parties solides (peaux, pépins) sont retirées puis passées dans le pressoir afin d’en extraire le jus : il s’agit du vin de presse, plus riche en tanins, anthocyanes et arômes divers. En fonction du type de vin recherché, Clotilde associe vin de goutte et vin de presse pour élaborer son vin rouge.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Après quelques mois de vieillissement en cuve, le vin rouge est filtré et assemblé avec le Brut Tradition pour donner naissance au Champagne Rosé.

 

Découvrez notre nouvelle cuvée : champagne Marc Chauvet Special Club millésime 2004

Publié par blogchauvet le 18 juin 2012 dans Le champagne | 0 commentaire

Toutes les bonnes choses ont une fin!

Les stocks de Champagne Marc Chauvet Cuvée Spécial Club 2002 sont désormais épuisés.

C’est maintenant le millésime 2004 qui est à l’honneur, avec la sortie de notre nouvelle Cuvée Spécial Club 2004, médaille d’argent aux Vinalies internationales 2012. Avec une dominante de Chardonnay (75%), la Cuvée Spécial Club 2004 est un champagne gourmand et délicat, à déguster à l’apéritif, en comité très restreint…

L’année 2004 : bel été champenois.

L’assemblage : 25% de Pinot Noir, 75% de Chardonnay.

Plaisir des yeux : collerette très persistante, couleur jaune pâle, très brillante.

Plaisir olfactif : au nez, vous découvrirez un mélange subtil d’arômes entre le floral et le fruité, la poudre d’amande et les fleurs blanches (type acacia) .


Plaisir gustatif
: au palais, vous apprécierez l’équilibre et la rondeur de ce champagne puissant et charpenté, avec une belle longueur en bouche. Cette cuvée révèle des notes de tarte tatin et de brioche. L’impression finale est longue, souple et voluptueuse.

Accord parfait : la Cuvée Spécial Club 2004 accompagnera magnifiquement les coquilles Saint-Jacques poêlées au beurre.

 

Le tirage 2012 : mise en bouteille de la récolte 2011

Publié par blogchauvet le 5 avr 2012 dans Le champagne | 0 commentaire

Le tirage 2012 : mise en bouteille de la récolte 2011

Le tirage consiste à mettre en bouteille le vin dit « tranquille » stocké en cuve à l’issue de la récolte 2011.  Le mois dernier, avant la mise en bouteille, Clotilde a réalisé ses assemblages en cuve, pour élaborer les différentes cuvées qui composent la gamme du champagne Marc Chauvet (Brut Tradition, Sélection, Brut Millésimé, Cuvée Rubis et Cuvée Special Club). Depuis le début de la semaine, toute l’équipe Marc Chauvet est mobilisée sur la préparation du tirage qui demande beaucoup de manipulations… Les vignerons ont coutume de s’entraider afin de faciliter le travail pendant le tirage. Clotilde et Nicolas font appel à 3 amis viticulteurs de Rilly la Montagne, à qui ils donnent eux-même un coup de main, le moment venu.Préparation du tirage

La préparation du tirage, se fait à 2 niveaux, en cave et en cuverie.

 

En cave

La semaine dernière, Yves et Nicolas ont fait de la place dans les caveaux pour pouvoir installer et stocker les nouvelles bouteilles : d’ici la fin de la semaine 75000 nouvelles bouteilles de champagne (pratiquement toute la récolte 2011) seront stockées dans les caves Marc Chauvet!

Le caveau est rempli avec les bouteilles du tirage, rangées sur lattes, pendant au minimum 3 ans

 

En cuverie

Clotilde  s’occupe de la vinification :  quelques jours avant le tirage, elle prépare la liqueur de tirage et commence à hydrater les levures. Elle réalise également l’assemblage du champagne rosé, notre cuvée Rubis.

L’ajout de liqueur de tirage et de levures dans les cuves d’assemblage sert à provoquer la « prise de mousse » dans la bouteille. Il s’agit de rendre effervescent le vin » tranquille » issu du  premier cycle de vinification (en cuve), et d’obtenir ainsi du champagne (en bouteille)  grâce à la fameuse méthode champenoise. La quantité de liqueur ajoutée au vin varie en fonction des cuvées et des assemblages. Le champagne Brut Tradition est dosé à 22g/l de sucre, le  Brut Millésimé 2011 à 24g/l.

Pour élaborer la liqueur, Clotilde fait fondre 1400 kg de sucre dans 18 hl de vin. Pour préparer les levains, elle utilise des levures naturelles séchées qu’elle acclimate au milieu vin en les hydratant progressivement avec un mélange d’eau et de vin pendant 5 jours.  L’élaboration des levains se situe au coeur même du processus de champagnisation. Si les levains ne sont pas d’une bonne qualité technologique, la prise de mousse ne se fera pas convenablement en bouteille; ce qui peut, dans des cas extrêmes, obliger le viticulteur à remettre le vin en cuves ultérieurement.

Hydratation des levures

 

Pour élaborer le champagne rosé, Clotilde réalise un assemblage de vin blanc (87.5%) et de vin rouge champenois (12.5%). Les proportions varient chaque année, en fonction de la couleur, du goût, de l’expérience et de l’intuition féminine de Clotilde. Elle s’applique à produire un champagne rosé de couleur framboise, volontairement soutenue, vive et joyeuse et de développer des arômes de fruits rouges légèrement acides, de groseilles et de framboises.

Avant le tirage, Clotilde ajoute la liqueur de tirage et les levains dans les cuves d’assemblage. Le mélange se fait automatiquement afin d’obtenir une qualité irréprochable.

 

Le tirage ou la mise en bouteille

Ainsi les vins sont prêts pour la mise en bouteille qui est réalisée mécaniquement à l’aide de machines sophistiquées. Après remplissage, les bouteilles sont fermées hermétiquement par un obturateur en polyéthylène appelé « bidule » complété d’une capsule couronne, puis descendues en caves où elles sont disposées « sur lattes », c’est-à-dire couchées et empilées, rangées sur rangées.

La prise de mousse va pouvoir commencer dans les bouteilles…

En cave, les bouteilles entament un lent processus de vieillissement sur lies qui peut durer jusqu’à 8 ou 9 ans pour les champagnes millésimés.

 

26689 bouteilles de champagne rangées sur lattes après le tirage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dégorgement consiste à éliminer le dépôt dans le champagne.

Publié par blogchauvet le 23 mar 2012 dans Le champagne | 0 commentaire

Le dégorgement consiste à éliminer le dépôt dans le champagne.

Hier, toute l’équipe du champagne Marc Chauvet a passé la journée à « dégorger » 8000 cols de champagne (750 demies bouteilles, 100 magnum, 700 bouteilles de cuvée « Special Club » et le reste en Brut).

« Dégorgement » : mais que signifie ce mot étrange pour le champagne?

Le dégorgement consiste à éliminer le dépôt qui se trouve dans la bouteille de champagne suite à la prise de mousse, pour le rendre limpide.

Petit rappel : au cours de la deuxième fermentation alcoolique (en bouteille), les levures ajoutées au vin consomment le sucre et libèrent dans le vin de l’alcool et du gaz carbonique : c’est ce que l’on appelle la prise de mousse. Le vin se transforme alors en champagne. A l’issue de cette transformation, les levures meurent progressivement dans la bouteille et se transforment en dépôt, lui-même appelé « lies ».

Les bouteilles demeurent ensuite dans les caves, à l’abri de la lumière, pour une longue période de maturation « sur lies », qui varie de 15 mois à 8 ou 9 ans, en fonction du millésime.

26689 bouteilles sur lies dans la cave du champagne Marc Chauvet

 

Le dégorgement

Après cette longue période de repos qui permet au champagne de développer lentement ses arômes, il faut lui rendre sa limpidité en éliminant le dépôt qui demeure dans la bouteille. On concentre alors les sédiments dans le goulot de la bouteille (opération « remuage »), afin de l’éliminer ensuite lors du dégorgement. Pour y parvenir, on fait passer progressivement les bouteilles de la position couchée, à la position « sur pointe » (tête en bas), afin d’amener le dépôt dans le goulot de la bouteille.

Le dégorgement consiste à éliminer le dépôt que le remuage a concentré dans le goulot de la bouteille.

Pour ce faire, le col de la bouteille est plongé dans une solution à – 25°C, formant ainsi un glaçon dans le goulot qui emprisonne les sédiments. A l’ouverture, la pression interne permet d’éjecter le glaçon en perdant un minimum de vin et de pression. Grâce aux capsules métalliques, cette tâche peut être réalisée mécaniquement à la chaîne.

Autrefois les vignerons pratiquaient le dégorgement manuel, dit « à la volée » : ils tenaient la bouteille tête en bas et l’ouvraient en la redressant prestement, pour que la pression expulse le bouchon de sédiments, sans laisser partir trop de vin. Clotilde et Nicolas utilisent encore cette technique lors des mystérieuses descentes de caves…

 

Après le dégorgement, dosage puis fermeture de la bouteille avec le bouchon de liège.


 

Le dosage correspond à l’addition d’une liqueur destinée à arrondir le champagne, qui se trouve entièrement dépourvu de sucre en fin de prise de mousse. C’est la dernière touche que Clotilde peut apporter au style du champagne Marc Chauvet. Pour fabriquer la liqueur de dosage, dite aussi « liqueur d’expédition », elle utilise du sucre de canne dissout dans du vin, à raison de 500 à 700 g/L. Clotilde utilise alors des vins de réserve pour enrichir encore sa palette aromatique.

La quantité de liqueur utilisée pour le dosage est fonction du type de vin qu’elle souhaite obtenir. L’Union européenne a fixé la terminologie utilisable pour décrire le type de vin revendiqué en fonction de la teneur en sucre du champagne :

  • Brut : si la teneur en sucre est inférieure à 12 grammes par litre
  • Demi-sec : si la teneur en sucre est située entre 32 et 50 grammes par litre

Après le dosage, les bouteilles de champagne sont fermées avec un bouchon de liège, puis remuées pour mélanger la liqueur au vin, enfin lavées et placées au repos pour quelques semaines, avant la vente. Toutes ces opérations sont effectuées mécaniquement sur la chaine de dégorgement.

Image de prévisualisation YouTube